Bonjour à toutes et à tous, Je vous rappelle qu'il est inutile de me contacter
par MP sur ce forum pour toutes questions en rapport avec celui-ci puisque ce dernier est fermé de façon
définitive. Néanmoins, nous vous invitons à nous rejoindre sur Fairy Tail Rebellion qui est ouvert
depuis 1 an et demi maintenant.

http://www.fairytail-rebellion.com/forum
http://www.fairytail-rebellion.com/forum
http://www.fairytail-rebellion.com/forum


Bonne continuation à tous et merci encore d'avoir partagé cette aventure avec nous.
Ryuu .

Partagez
 

Un chaton fragile au milieu de l'enfer... [PV : Azulia]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Mage de Rang C
Akiro Pathfinder
Akiro Pathfinder

Mage de Rang C

▌Messages : 1476
▌Jewels : 97727
▌Date de naissance : 05/07/1994
▌Date d'inscription : 16/12/2011
▌Age : 25

MessageSujet: Un chaton fragile au milieu de l'enfer... [PV : Azulia]   Un chaton fragile au milieu de l'enfer... [PV : Azulia] Icon_minitimeLun 27 Fév - 15:32

Nightown, la ville qui ne dort jamais. Aussi dénommée l'enfer du jeu et du vice, là où les casinos fleurissaient à chaque coin de rue et les "divertissements" plus ou moins douteux étaient disponibles absolument partout. Un palais du plaisir et de la décadence. Un endroit comme celui-là devait bien regrouper au moins 6 des 7 péchés capitaux, si ce n'est la totalité... Avarice, Colère, Envie, Gourmandise, Luxure, Orgueil et Paresse étaient après tout les maîtres-mots de la vie dans cette ville... Avarice... Les casinos, bien évidemment, puisque le jeu est une des incarnations de l'avarice. La colère régnait partout où régnaient la tricherie... et la défaite! De même, la jalousie régnait elle aussi dans ce lieu, ainsi que la gourmandise. Nous passerons sur la luxure pour ne pas choquer d'éventuels lectures mineurs et/ou pudiques et passeront directement à l'orgueil. Chacun se croyait supérieur aux autres, dans un tel endroit, et cette fierté était exacerbée par l'ambiance générale des lieux. Quant à la paresse... Hé bien, il suffisait de regarder les hôtels pour en avoir un aperçu! Oui, vraiment, cet endroit était l'incarnation des Sept Pêchés Capitaux... Au fait, savez-vous pourquoi ces pêchés sont nommés ainsi? Simplement car ils sont la cause de tous les autres pêchés que l'on puisse commettre...

Pour Akiro, cependant, cette ville ne représentait pas seulement les sept pêchés capitaux, mais aussi de -relativement, bien sûr- mauvais souvenirs. Dans cette ville, plusieurs mois auparavant, il était venu appréhender un illusionniste qui arnaquait un casino. La mission avait été bouclée en deux secondes à peu près, puisque l'ange était insensible à toutes illusions d'un niveau moindre que le sien, de par sa magie d'illusionniste. Mais ce qu'il n'avait pas prévu, c'était que Kairo serait dans le coin et qu'en ne buvant qu'à peine un verre d'alcool, il allait brouiller la limite qui existait entre eux et serait plus que d'habitude soumis aux émotions et sensations de son double. Il avait donc ressenti l'ivresse de son double et s'était réveillé le lendemain en mode "very bad trip". Oui, "very bad trip", puisqu'il ne se souvenait pas de comment il avait atterri dans cette chambre. Mais le pire était qu'il n'était bien sûr pas seul dans cette chambre... Palazzo Kefka, maître des Bones Collectors à l'époque... Oui, c'est vrai, c'était ce jour-là qu'avait commencé la "vendetta" d'Akiro contre les clowns. Vous remarquerez que depuis cet épisode plutôt facheux, Akiro n'aimait plus du tout les clowns... Déjà qu'il n'en était pas fan auparavant, depuis, la haine qu'il leur vouait était viscérale... Mais Kefka... Qu'était-il devenu? Pourquoi avait-il disparu sans laisser de traces? Akiro aurait tant voulu être le responsable de sa disparition... Mais non! Il avait disparu tout seul, comme un grand! Quel abruti! De frustration, Akiro shoota dans un caillou, puis il secoua la tête pour chasser ces souvenirs et ces ruminations. Il n'était pas là pour ça!

Non, il était là pour une autre mission. Non-officielle. En vérité, lors de son combat contre Kefka, quelques dégâts avaient été causés, donc Akiro avait une sorte de dette... Certes, celui qui avait causé ces dégâts était Kefka avec ses bombes, mais bon, un clown psychopathe n'est déjà pas facile à joindre pour qu'il rembourse les dégâts, alors quand il a disparu, c'est encore pire! Par contre, Akiro, c'était une tout autre histoire, étant un mage "blanc". Donc le propriétaire de la zone "sinistrée" avait contacté Akiro et lui avait proposé un ... "marché" : Akiro venait régler un petit problème et il passerait l'éponge... L'ange n'était pas particulièrement fan de ce genre d'arrangement, mais bon, mieux valait éviter de s'attirer trop d'ennuis. Il avait donc accepté de venir régler ce petit "problème"...

Qui n'était peut-être pas si petit que ça! En effet, d'après ce que lui avait raconté son "commanditaire", le problème avait débuté d'une façon simple. Apparemment, quelqu'un avait bousculé une jeune fille, qui s'était écorché en tombant. A priori, rien de bien méchant, mais apparemment, elle s'était énervée et s'était mise à parler d'elle à la troisième personne, puis elle avait menacé le passant qui l'avait bousculé. Il s'en était fallu de peu pour qu'elle ne le tue. Puis, il ne savait pas exactement ce qu'il s'était passé, elle avait disparu. La mission d'Akiro consistait à trouver la cause du comportement étrange de cette fille et, dans la mesure du possible, de résoudre ce problème. Autrement dit, une "mission" qui pouvait s'avérer ardue... Cependant, l'illusionniste avait déjà une petite idée qui méritait sans doute d'être creusée...

Il était à la recherche de la jeune fille mentionnée plus tôt. Il existait deux possibilités : soit elle était une des victimes de cette cause mystérieuse, et Akiro saurait remonter la piste jusqu'à trouver cette cause, soit elle était elle-même la source du grabuge, et dans ce cas, la mission se terminerait plus vite. Il n'avait jamais mentionné qu'il ramènerait la fille à son "commanditaire", après tout! Mais apparemment, il semblait qu'il s'agissât d'une sorte de possession. Akiro n'était certes pas un "exorciste", mais il pouvait au moins l'aider un peu... Ou pas? Bah, il verrait bien plus tard, pour ça. Pour l'instant, il devait d'abord retrouver la fille... Et... Euh... Par où commencer? Il y avait tellement de monde dans cette fichue ville! Et il n'avait pas de descriptions très précises de la jeune fille qu'il recherchait, à part qu'elle était brune. Et ça l'avançait vachement! Bien sûr, il n'y avait qu'une seule fille brune âgée d'à peu près 18 ans dans tout Nightown! Bon, alors, procédons calmement, par ordre et en réfléchissant. Alors... 1) Que savait-il? La jeune fille était brune et âgée d'environ 18 ans. Elle semblait être la clé du problème. Elle avait disparu juste avant de tuer l'homme qui l'avait bousculé. Autrement dit, elle avait réussi à se contrôler, du moins en partie. 2) Que pouvait-il supposer avec une grande probabilité d'avoir raison? La jeune fille était probablement allée se cacher. Lors d'un cas de possession, s'il s'agit de la première fois, la victime a tendance à rester paralysée une fois que la "crise" prend fin. Par contre, si ce n'est pas la première fois, la victime a honte et son premier réflexe est d'aller se cacher quelque part où personne ne la retrouvera avant un bon bout de temps... En supposant que la jeune fille avait bel et bien été victime d'une crise de possession, les hypothèses d'Akiro se trouvaient valables... Donc, il ne restait plus qu'à trouver sa cachette.

Bon, mode Pathfinder activé pour trouver tous les coins proches où quelqu'un pourrait se cacher... Bon, ça ne réduisait pas totalement le nombre d'endroits possibles où trouver la jeune fille, mais au moins, ça lui fournissait déjà une piste à suivre. Mais la recherche s'avérait malgré tout longue. Alors, ici... Non. Pas là non plus. Pas par ici. Personne là. Ni là, ni par là... Bon, encore une tentative... La centième sera peut-être la bonne? Allez savoir? Peut-être Dame Fortune allait-elle enfin sourire à l'ange... Tiens, c'était quoi dans cette ruelle, là? N'était-ce pas la silhouette d'un humain prostré? Si, apparemment... Poussé par la curiosité, il s'avança.

En réalité, il n'y avait pas qu'une seule silhouette. Deux hommes semblaient menacer la personne prostrée. Personne qui, soit dit en passant, était une jeune fille brune... Aurait-il trouvé la personne qu'il recherchait? Apparemment, oui. Mais elle semblait en danger, donc mieux valait l'aider. Alors que l'un des deux hommes faisait mine de se baisser pour attraper la jeune fille par le bras, un coup de vent souffla brusquement, l'assommant pour le compte. Alors que son compère restait figé de stupeur et tenta de se ressaisir, un froid coupant sur sa gorge le figea à nouveau. Akiro appuya un peu plus sa dague sur la gorge du type pour appuyer la menace et déclara froidement :

-Maintenant, tu prends ton petit copain avec toi et tu dégages d'ici ou je vous tue tous les deux sans un regret. Je déteste les ordures. Allez, déguerpis!

Puis il le libéra de la menace de la dague et le poussa en avant. Le type ne demanda pas son reste et s'enfuit en courant et en traînant son compère. Akiro ne put s'empêcher de sourire, cynique. Les petites frappes étaient forts pour s'attaquer à plus faible qu'eux en groupe, mais dès que quelqu'un de plus fort et qui avait de l'assurance intervenait, là, c'était la débandade... Allons allons... Akiro se pencha vers la jeune fille et, posant doucement une main sur son épaule, il lui demanda :

-Ca va, tu n'as rien?

Pas d'ironie, pas de distance, peut-être une légère inquiétude, mais en tout cas une intonation radicalement différente de l'intonation habituelle d'Akiro, ou même simplement de l'intonation qu'avait la voix d'Akiro quelques secondes plus tôt... La voix d'Akiro contenait juste un peu de sollicitude, et aussi un peu de curiosité : était-elle cause ou victime de ces grabuges?...


Un chaton fragile au milieu de l'enfer... [PV : Azulia] 285729aki1

Quand tu vois un ange... A quoi penses-tu?

Revenir en haut Aller en bas

 † Mens Vaga † Mage de rang D
Azulia Oyara
Azulia Oyara

† Mens Vaga †
Mage de rang D

▌Messages : 324
▌Jewels : 43604
▌Date de naissance : 29/07/1989
▌Date d'inscription : 08/02/2012
▌Age : 30

MessageSujet: Re: Un chaton fragile au milieu de l'enfer... [PV : Azulia]   Un chaton fragile au milieu de l'enfer... [PV : Azulia] Icon_minitimeVen 2 Mar - 19:58

Des villes, des foules de gens, des villages et encore du peuple. Elle n'en pouvait plus. Elle errait. Elle n'avait pas d'endroit où aller. Pas envie de rentrer, il valait mieux errer. Un étrange désir, le désir d'être seule. Elle respirait calmement l'air frais de la nuit tombant. Elle n'imaginait pas que sa soirée allait virer au cauchemar, non, pour l'instant elle était plutôt calme et ne trouvait pas d'endroit assez isolé de la civilisation.. Pas d'endroit où se réfugier. Elle avait une idée de la destination, celle désirait plus que tout. Des montagnes, hautes et froides. Des terres enneigées que personne ne veux affronter. Un terrain de solitude dont elle rêvait, elle inspira profondément avec la ferme intention de rejoindre les Montagnes Gelidus Spiritus. Elle n'avait pas d’appréhension sachant très bien qu'elle n'arriverait pas là-bas en une journée, cela allait lui prendre du temps mais ça lui était égale. Tout ce qu'elle désirait se trouvait dans ces montagnes et elle renoncerait pas à son but, seulement la route allait être plus longue que prévu... A cause d'un petit incident.

Il y a des jours, des nuits comme ça où il vaudrait mieux s'abstenir de mettre le nez dehors. Pour elle la question ne se posait pas, elle y vivait. Elle n'avait pas de maison. Pas de chez elle, pas de pied à terre. Elle s'octroyait ce luxe qu'au plus profond d'elle même, la nuit loin des regards, les yeux clos et en partance pour le pays des rêves. Son monde, son chez elle il réside dans son esprit, c'est là qu'elle se sent le plus en sécurité. Elle inspira profondément, les paupières closes, les mains sur le ventre, elle humait l'air. Il y avait une odeur d'arbre, de verdure avec une note florale. Elle esquissa un sourire. Elle ne savait pas faire autre chose que rêver, rêver à un monde meilleur, un endroit où elle pourrait enfin vivre et s'exprimer, un lieu où elle serait en sécurité. Il paraît que c'est triste de ne faire que rêver, imaginer, se donner l'illusion... Elle au contraire pense que c'est bon de se ressourcer, de s’apaiser par un mirage. En effet, ces chimères étaient son but c'est qu'un jour tout ceci devienne réel. Elle survivait et se battait dans ce seul but, un objectif qu'elle s'était fixée il y a de cela quelques années. Après avoir prit son envole, en découvrant le monde qu'on lui avait caché, Azulia s'était renfermée. Il y avait tant de choses qu'elle ne comprenait pas. Il y avait des liens qu'elle ne parvenait à faire entre sa vision des choses et la réalité, il y avait tant de difficultés à surmonter. Des épreuves qu'elle surmontait plus ou moins, elle n'avait pas la force de caractère qu'avait l'esprit, elle était fragile et vulnérable. Néanmoins, elle avait toujours su se débrouiller, elle avait réussit à s'en sortir. Elle savait qu'elle serait une jeune fille remarquable un jour, un jour elle serait reconnue ou bien morte... C'est ce qu'elle envisageait. Elle ouvrit doucement ses yeux glacés, elle se releva doucement et se dirigea vers la sortie du parc où elle s'était réfugiée. Elle avait une destination en tête, un but à accomplir. Elle replaça une mèche de cheveux, tout en prenant la direction de la ville qu'elle redoutait le plus... Nightown.

Nightown, le vice incarné. Cette ville maudite par son rythme de vie, par le taux de criminalité engendré par la richesse qu'il y a dans les rues, ces hommes et ces femmes venant dépenser sans compter. Ceux que la chance porte et qui gagne une somme monstrueuse lors d'un coup de bluff ou d'un tour de roue. Le Jackpot dont tout le monde rêve. Ici, le rêve est permis. Ici, l'on vit la nuit. La folie des grandeurs, l'ivresse des bars et des casinos, les coups qui se perdent dans les ruelles... Les gain dérobés, les recettes de la journée braquées, les boutiques vandalisées... A Nightown, il est bon de ne pas venir seul. Pourtant, ce soir notre jeune demoiselle l'était. Elle marchait tranquillement sans s'arrêter, sans poser un regard sur ce qui l'entourait... elle aurait du. Elle slalomait entre les gens, entre la foule débordante et enivrante d'une odeur nauséabonde. Un mélange d'alcool, de tabac et d'ordure. Elle fuyait. Elle ne savait pas si c'était la foule, l’environnement ou tout simplement cette vie qu'elle fuyait mais son pas était rapide. Elle zigzaguait. Évitant le contact avec les autres, elle grimaçait à peine était-elle frôlée. Elle était mal à l'aise et se renfermait, ne voyant se dessiner que son chemin, un chemin des plus longs et des plus redoutés. Il y avait une altercation, elle ne s'en était pas rendue compte, elle fermait son esprit à ce qui l'entourait. Erreur qu'ils allaient regretter. Elle se montrait froide, distante et pourtant il y avait là un passage avec moins de personnes, pour cause, elles étaient entrain de se battre. Azulia, ne l'avait pas remarqué et se retrouva au milieu. Elle prit un coup qui ne lui était pas destiné. Elle se retrouva projeté au sol, se blessant. Une blessure au genou qui se mit à saigner. Elle déglutit. Trop tard, l'esprit était là. Il était prêt à la défendre, sa main vint essuyer le sang qui coulait sur sa peau, puis elle porta celle-ci à ses lèvres et le lécha. Le temps semblait s'être arrêté, il y avait comme un étrange silence autour de ce spectacle. Elle se redressa. Elle avança et fit face à l'homme qui avait osé porter ce coup, ses lèvres étaient marquées d'un rictus malsain. Son index se posa sur la poitrine de l'inconnu et une voix grave s'exprima :

-Grossière erreur. Vous venez de vous tromper de cible et je n'aime pas que vous l'ayez touché. Vous lui avait fait du mal... Vous devrez payer pour cela, Monsieur.

A ces mots, si calme et si tranchant s'ajouta un regard. Un flux illuminant son regard. L'homme se mit à voir des choses pire que la mort. Il hurlait de terreur et de douleur, il s'infligeait lui même ses propres supplices. Et il riait. L'esprit se délectait de cette scène, il sauta sur l'homme afin de se nourrir... Il avait besoin de son sang et chaque plaie lui fournissait une raison de plus d'atteindre la folie. Azulia, avec difficulté parvint à reprendre le contrôle de son corps. Le goût du sang en bouche lui donnant envie de vomir, le regard de ces autres qui n'en revenaient pas... La honte, la peur...
Elle se releva, un impulsion pour se mettre à courir, ses bras écartant la foule, la bousculant. Elle venait de laisser un homme au sol... un homme presque mort. Elle savait qu'il serait secourut, mais elle s'en voulait. Un remord qu'elle garderait quelques temps, elle laissa les larmes couler sur ses joues sans qu'un seul son ne sorte. Après, une course effrénée dans les rues, elle se réfugia à l'ombre d'une ruelle. Une ruelle macabre. Elle s'assied derrière des containers, se recroquevillant sur elle même. Elle resta là un moment à se vider la tête, tentant de calmer sa flamme. Elle lutait pour ne pas le laisser gagner. Elle se fatiguait à résister à son emprise. Le temps passa... elle s'assoupit. Un instant d’inattention et elle se faisait soulever par le col. Il y avait deux homme avec elle ou plutôt contre elle. Elle était debout face à eux qui la menaçait. Le second s'approcha pour la saisir par le bras, il n'en eut pas le temps. Une rafale de vent l'envoya contre le mur de brique rouge du bâtiment, le sonnant suffisamment pour qu'il reste au sol quelques minutes. La jeune fille posa son regard sur la silhouette venant de lui porter secours. Elle distinguait dans le noir les traits fin d'un jeune homme. Il ne s'arrêta pas là, non il menaça le complice du premier en insistant avec fermeté.

-Maintenant, tu prends ton petit copain avec toi et tu dégages d'ici ou je vous tue tous les deux sans un regret. Je déteste les ordures. Allez, déguerpis!

L'homme qui fut repousser par le sauver de la demoiselle, s'éloigna en récupérant son complice. Il ne demanda pas son reste. Ils s'éloignèrent sans même se retourner. Elle avait gardé un visage sans expression. Elle le fixait. Son regard s'intensifiait, il luisait presque dans le noir de la ruelle, une flamme bleuté dansante. Elle se méfiait de lui. Pourquoi était-il venu l'aider ? Pourquoi après ce qu'elle avait fait ? Elle ne comprenait pas. Elle avait encore du sang sur le visage, sur les mains et ses vêtements. Elle recula. Son dos rencontra le mur, ses mains se plaquèrent dessus comme voulant de raccrocher à quelque chose de sûr. Elle était nerveuse. Son attitude trahissait ses émotions, elle cherchait un moyen de lui échapper, son regard vivait en analysant tout ce qui l'entourait. Puis elle se raidit. Il venait de s'adresser à elle.

-Ça va, tu n'as rien?

Elle n'avait que rarement eut l'occasion de discuter. Elle ne connaissait pas ce sentiment d'inquiétude à son égard qui il faut l'avouer la mettait dans tout ses états. Elle se demandait pourquoi avec elle ? Avait-il un but précis ? Une mission ? La ramener à ces monstres ? L'enfermer ? La faire arrêter car elle avait tué l'homme de tout à l'heure ? Elle voyait dans une lueur d'amitié tout un monde de perversité. Un monde où on lui voulait du mal et que chaque action gentil à son égard avait un but bien plus macabre. Pour elle tous ces gens ne voulaient que l'amadouer pour mieux la torturer. Elle se braqua, cédant à la panique lorsque la main du jeune homme rencontra son épaule. Le flux de l'esprit se manifesta tout autour du corps de la jeune fille. Son visage exprimait alors l'assurance. Elle posa sa main sur celle de son sauveur et la retira en grognant presque :

-Ne la touchez pas ! Elle va bien.

Elle se décolla du mur et avança vers lui, le flux ne la quittant pas. Elle ressemblait à une torche de flammes bleues. Elle n'avait pas l'intention de lui laisser une chance, non personne ne l'empêcherait d'atteindre son objectif. Personne ne ferait du mal à Azulia tant qu'il serait là. Il se l'était juré. Elle luttait, elle épuisait ses forces afin de pouvoir reprendre le contrôle. Mais l'Esprit en avait décidé autrement et s’apprêtait à jouer avec ce parasite si il décidait de se mêler de ce qui ne le regardait pas, il lança un unique avertissement.

-Laisse la tranquille. Elle n'a pas besoin de votre aide, elle m'a moi. Et si vous tentez quoi que se soit je vous promet de m'occuper de vous personnellement, Monsieur.

Elle resta de marbre, presque hautaine. Pourtant, le flux faiblissait de temps à autre. Preuve qu'Azulia voulait revenir et diriger son corps. Une lutte affaiblissant l'Esprit autant que la jeune fille, un rude combat difficile à cerner. Un combat qui pourrait causer leurs perte un jour...


60 Roses, Merci mes chatons.

Un chaton fragile au milieu de l'enfer... [PV : Azulia] 463572AzuSign
Revenir en haut Aller en bas

Mage de Rang C
Akiro Pathfinder
Akiro Pathfinder

Mage de Rang C

▌Messages : 1476
▌Jewels : 97727
▌Date de naissance : 05/07/1994
▌Date d'inscription : 16/12/2011
▌Age : 25

MessageSujet: Re: Un chaton fragile au milieu de l'enfer... [PV : Azulia]   Un chaton fragile au milieu de l'enfer... [PV : Azulia] Icon_minitimeMer 7 Mar - 0:11

Peste soit de Kefka! S'il n'était pas mort, puisse-t-il mourir dans d'atroces souffrances... Et s'il était mort, puisse-t-il pourrir en enfer pour l'éternité. C'était à cause de lui -enfin, de leur combat- qu'Akiro se trouvait à nouveau à Nightown, puisque quelques bâtiments avaient été détruits par les bombes du clown psychopathe et psychotique. Et comme il avait disparu, c'était à l'émissaire de l'au-delà de réparer les pots cassés en effectuant une mission gratuite -GRATUITE!- pour le compte du propriétaire des susnommés bâtiments. Et cette mission pouvait s'avérer délicate... A première vue, c'était simple... Mais il y avait une règle qui s'appliquait toujours, la loi de Murphy, qui pouvait presque être rebaptisée "règle du Pathfinder" : quand quelque chose s'annonce simple, on va se retrouver en danger de mort dans quelques minutes... Et bien entendu, ça ne ratait jamais! A chaque mission qui s'annonçait peinard, Akiro risquait sa vie, soit à la suite d'une rencontre suite à cette mission -ne pas penser à Kefka- soit à cause d'une autre mission... Donc Akiro se méfiait, là... Même si sa mission s'annonçait simple -résoudre le problème qui était survenu quelques heures plus tôt- les problèmes allaient sans doute survenir très rapidement, même si pour Akiro, ils avaient commencé lorsque son "commanditaire" l'avait contacté...

Il était parti du lieu où l'esclandre avait eu lieu, puis avait commencé à faire ce qu'il faisait de mieux : cogiter. Il avait émis plusieurs hypothèses et s'était concentré sur la plus valable : la jeune fille était victime d'une sorte de "possession". Par conséquent, elle était partie se cacher. Cette jeune fille étant visiblement le point de départ du "problème", la retrouver devrait permettre à l'ange de remonter jusqu'à la source et, de là, de résoudre le problème en évitant qu'il ne se reproduise. Oui, tout s'annonçait simple. Et pourtant...

Quand il avait retrouvé la jeune fille, elle se tenait dans une ruelle, prostrée, menacée par deux de ses brigands de bas-étage qui hantaient les rues de Nightown. Akiro leur avait joué une petite partie de sa comédie et ils avaient détalé en moins de deux. La jeune fille continuait de le fixer sans aucune expression. Son regard luisait dans l'obscurité. Apparemment, elle se méfiait de l'ange. Le visage d'ange de la jeune fille, ses mains et ses vêtements étaient encore tâchés de sang , sans doute celui de l'homme auquel elle s'en était pris au commencement de cette affaire... Apparemment, elle l'avait pas mal amoché... Ensuite, il s'approcha de la jeune fille. Celle-ci recula jusqu'à toucher le mur. Elle était nerveuse, c'était évident. Craignait-elle qu'Akiro eut été envoyé pour l'arrêter? C'était une possibilité... Akiro continua à se rapprocher d'elle et lui demanda si elle allait bien. Ce faisant, il posa sa main sur l'épaule de la jeune fille, comme n'importe quel humain normal le ferait. Cependant, la réaction de ladite jeune fille surprit énormément Akiro...

Elle se braqua au contact du jeune homme. Soudain, son visage exprima l'assurance. Elle posa sa main sur celle d'Akiro et la retira en lui grognant qu'il ne fallait pas la toucher, qu'elle allait bien. Sauf que sa voix était devenue plus grave et qu'elle parlait d'elle à la troisième personne. Exactement comme on le lui avait décrit. Maintenant, la jeune fille semblait être une torche bleue. Elle s'avança vers l'ange qui, par pur réflexe, fit un pas en arrière. Il sentait la menace qui émanait de... de quoi, d'ailleurs? De la jeune fille? Ou de la chose qui semblait avoir pris possession d'elle? Deuxième solution, sans doute. Puis la... "chose" lança un avertissement à Akiro. Un phrase retint l'attention d'Akiro : "elle n'a pas besoin de votre aide, elle m'a moi". La "chose" qui avait pris le contrôle avait donc pour but de protéger la jeune fille. Surprenant...

Akiro cligna des paupières, ce qui chez lui équivaut à un signe de grande surprise chez un autre! Pendant quelques secondes, il hésita entre plusieurs réactions possibles. Devait-il s'énerver, s'étonner, rester imperturbable, triompher, être effrayé? Mais très vite, il reprit son calme et sa façade habituelle, arborant à nouveau son sourire légèrement ironique et sa lueur amusée dans ses yeux. Il murmura, en regardant la jeune fille :

-Je crois que j'ai obtenu les réponses que je cherchais, merci bien

Son aplomb pourrait sans doute surprendre la chose qui protégeait la jeune fille. Après tout, il était rare de réagir normalement quand on a été surpris comme ça. Mais Akiro est Akiro, après tout. Le calme, du moins apparent, le caractérise parfaitement, il est donc logique qu'il retrouve vite son aplomb... Il continuait de regarder la jeune fille dans les yeux, se demandant ce qui allait se passer par la suite... Tout à coup, après quelques minutes emplies d'un silence tendu, une voix retentit :

-Il est là!C'est lui, chef!

Et m*rde! Les deux guignols de tout à l'heure avaient été prévenir leur chef, qui avait rameuté toute la bande, apparemment... Et là, Akiro et la jeune fille étaient encerclés. Ils étaient au moins une dizaine et se rapprochaient. Akiro posa la main sur le manche de son épée et la dégaina en se rapprochant de la jeune fille... Mais en veillant bien à ne pas la toucher! Cependant, il la protégerait, même si la "chose" était contre. Soudain, celui qui semblait être le chef de la bande s'avança d'un pas et déclara :

-Mon gars, tu n'aurais pas du t'en prendre à mes camarades tout à l'heure... On va te le faire payer, et en même temps, on profitera de la charmante compagnie que ta jolie copine va nous offrir...

Son sourire et la lueur qui brillait dans son regard ne disaient rien qui vaille. Akiro se contenta cependant de pousser un léger soupir irrité devant une telle absence flagrante d'intelligence, tout en tenant son épée de la main drotie et en rapprochant sa main gauche du manche invisible d'Aleph en forme Kaze Tachi :

-Je me demande comment on peut dire autant d'absurdités en si peu de mots... Primo, cette jeune fille n'est pas ma copine, comme tu le dis, mais tes affreux la menaçaient, je l'ai donc aidée. Secundo, ...

En un geste fluide, il dégaina Aleph et laissa courir sa main sur la lame invisible, s'y coupant volontairement pour que l'épée s'abreuve de son sang. Il dégaina Aleph en forme Photoï. Une lumière éblouissante apparut tout à coup. Akiro, dont la vitesse et la force étaient boostées grâce à Photoï, fonça sur les brigands. En moins d'une seconde, il les avait tous blessés. Il rengaina ses deux lames en un même mouvement, éteignant la lumière. Sans même les regarder, il continua sa phrase :

-... Même à 10 contre 1, vous n'avez aucune chance, vous n'êtes même pas des mages. Donc maintenant, disparaissez et arrêtez de me pomper l'air.

Il ne leur accorda pas un seul regard. Par contre, il regarda la jeune fille et un sourire légèrement amusé étira ses lèvres. La fille semblait calmée... Se départissant légèrement de son masque d'impassibilité, Akiro s'avança, s'inclina sensiblement tout en déclarant :

-Je crois que je ne me suis pas présenté... Je me nomme Akiro Pathfinder, enchanté mademoiselle... Et toi, comment t'appelles-tu?

Le dialogue était engagé. Maintenant, il ne restait plus qu'à voir ce que la suite des événements réservait au jeune homme... Mais au fait, mieux valait ne pas la braquer!

-J'y pense! Tu n'as pas de soucis à te faire, je ne suis pas là pour t'arrêter ou quoi que ce soit. Le type de tout à l'heure est loin d'être mort. Il espérerait sans doute te retrouver pour te faire payer, mais j'ai bien l'intention que ce genre de personnes ne puisse rien faire... Il n'a eu que ce qu'il méritait. Non... Je suis ici... Parce qu'on m'y a forcé. J'ai, techniquement payé ma dette envers celui qui m'a obligé à venir dans ce lieu pourri, mais je dois avouer que tu as piqué ma curiosité, alors, j'aimerais, si bien sûr tu le permets, dialoguer un peu avec toi...

Au moins, Akiro était honnête, on ne pouvait pas le lui reprocher. Qualité ou défaut, vous en pensez ce que vous voulez, mais bon, peut-être allait-elle mal le prendre... En fait, il n'aurait pas peut-être pas du avouer sa dernière phrase à voix haute... Mais le mal était fait, il était impossible de revenir en arrière pour réparer cette éventuelle erreur... Donc, il ne restait plus qu'à attendre et observer, comme il savait si bien le faire en temps normal...


Un chaton fragile au milieu de l'enfer... [PV : Azulia] 285729aki1

Quand tu vois un ange... A quoi penses-tu?

Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Un chaton fragile au milieu de l'enfer... [PV : Azulia]   Un chaton fragile au milieu de l'enfer... [PV : Azulia] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

Un chaton fragile au milieu de l'enfer... [PV : Azulia]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [UPTOBOX] Une journee en enfer [DVDRiP]Action
» Doux moment en forêt (PV Yuko) [Hentaï] [Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail : The Dark Chess :: Nightown-