Bonjour à toutes et à tous, Je vous rappelle qu'il est inutile de me contacter
par MP sur ce forum pour toutes questions en rapport avec celui-ci puisque ce dernier est fermé de façon
définitive. Néanmoins, nous vous invitons à nous rejoindre sur Fairy Tail Rebellion qui est ouvert
depuis 1 an et demi maintenant.

http://www.fairytail-rebellion.com/forum
http://www.fairytail-rebellion.com/forum
http://www.fairytail-rebellion.com/forum


Bonne continuation à tous et merci encore d'avoir partagé cette aventure avec nous.
Ryuu .

Partagez | 
 

Et puis tant pis ▬ PV;; Shu Kiyosuke

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar



▌Messages : 14
▌Jewels : 20854
▌Date de naissance : 16/12/1996
▌Date d'inscription : 03/02/2012
▌Age : 20

MessageSujet: Et puis tant pis ▬ PV;; Shu Kiyosuke   Sam 7 Avr - 22:22

Les imbéciles.
Oh, bien d'autres mots te viennent à l'esprit, Apple. Simplement, tu ne les dit pas, même si tu en meurs d'envie, même s'ils le méritent bien. C'est rare, mais parfois, ça arrive. Et tu redescends sur terre. Hé, Pom', tu te prends vraiment pour une petite reine. Redescends, ouais, ou écrase-toi même par terre, ça te fera que du bien, je crois. Tu sais que j'ai raison, mais tu continues ton numéro, comme toujours. T'as essayé de pas paraître blessée. T'es stupide, Apple. T'aurai dû leur dire en face. Mais non, pas à eux. T'as beau jouer avec les autres, eux, tu peux pas. Qu'est-ce que t'es stupide, ouais. Enfin, tu vis bien avec, apparemment. Quoi que, aujourd'hui, t'es plutôt en colère. T'es jamais en colère, d'habitude. Tu souris, tu t'amuse en te faisant passer pour une pauvre petite amnésique, mais pas maintenant, non. Là, t'es toute seule, abandonnée par ta propre vanité. Presque perdue. T'as toujours pas saisi, Apple. Stupide Pomme. T'es rien, rien sans eux. Mais qu'est-ce que t'es stupide. Stupide, stupide, stupide. T'as le mot sur le bout de la langue, mais tu ne l'associe qu'à eux. Ah, c'est de leur faute, peut-être ? En toute mauvaise foi, tu dis oui, bien sûr. T'arrêtera de bouder quand, Apple ? Jamais, sûrement. Après tout, t'es une éternelle gamine. Reconnaît juste une fois que tu as eu tort, que tu as perdu, qu'ils avaient raison de ne pas céder à tes caprices. Malgré que tu saches ça, tu es partie. Seule, puisqu'ils ne voulaient pas venir. Puisqu'ils ne voulaient pas t'obéir. Non, pas aujourd'hui, alors que d'habitude ils te faisaient tellement confiance, qu'ils entraient dans ton jeu. Comme tous les autres. Tous ceux autour de toi. Mais eux, eux, ce ne sont pas tes pions. Non, si déjà, ce sont des tours, des fous, des cavaliers, ou peut-être sont-ils tous les trois tes rois. Ou peut-être que ce n'est que toi l'utilisée. Tu ne sais pas. Tout ce que t'as retenu, c'est qu'ils ne sont pas venus avec toi. Je t'ai déjà dis que t'étais stupide, Apple ?
Tu regarde un peu les alentours. Ça bouge, bouge un peu partout, mais tes pupilles ne captent pas le mouvement qu'il y a. C'est flou, trop vague pour que tu enregistres, alors tu ignores. Pas de jeu, aujourd'hui. Pas de faux sourires, du moins pas tout de suite. T'es trop perdue, ouais. Tu fais un peu pitié, il faut l'avouer. Les sons qui te parviennent sont soit trop bruyants, soit trop silencieux. Tu sais pas si tu marches pas droit ou si c'est les autres autour de toi qui sont bizarres. Bien évidemment, dans ta tête, il est inacceptable que ce soit toi qui ai une défaillance. C'est les autres. Toujours les autres. Tu baisses les yeux, tu regardes par terre. Pourquoi, Apple ? Tu ne sais pas. Pourquoi, mais pourquoi est-ce que tu es aussi bornée ? Oh, tu peux balayer la question d'un mouvement de tête, il n'empêche qu'elle trottera toujours dans ton esprit. Tu veux l'oublier. Ça, au moins, tu sais faire. Mais t'es même pas capable d'y arriver correctement. Tu t'es arrêtée. Ça te touche quand même, finalement ? C'est toujours comme ça, avec toi. Tu sais jamais réellement quoi faire. Ou quoi penser. Si l'un d'entre eux avait té là, tu aurais eu une bouée à laquelle te raccrocher, mais tu dérives, Apple. Tu vas sûrement faire des conneries. Ce sera aussi certainement à eux de te récupérer. N'est-ce pas ironique, Pomme ? Toi qui étais venue seule, à défaut qu'ils te suivent, tu t'en iras avec eux. Tu veux pas. Qu'est-ce que t'es stupide, mais au moins, tu as maintenant le mérite d'être claire. Tu veux t'en sortir seule ? Soit. Alors fais ton boulot, et vas-t-en dans la foulée. Mais voyons .. ça serait trop te demander. Tu peux pas simplement leur montrer, tu veux les défier. Sombre égoïste idiote, ouais. Tu t'en fous, à la fin. T'oubliera un jour, de toutes manières. Alors ouais, tant pis. Tant pis si, alors que t'es assise au plein milieu de l'allée, quelqu'un t'écrase. Tant pis si, toi qui semble être une petite fille intrigante, tu attires les regard sur toi. Tant pis si, quand tu ries sans raisons, tu fais peur à ceux qui t'observent sans le cacher. Tant pis, tant pis, tant pis. T'as envie de faire plein de choses, mais en même temps, tu ne sais pas vraiment. T'as plus de points de repères, Apple, t'es rien qu'une gamine perdue.
Tu t'en fiches. Tu restes assise, à même la pierre, devant le grand arbre qui était il y a encore quelques instants ton objectif. Tant pis. T'iras à Greenwood plus tard. Tu ramènera la tête cherchée plus tard, ouais. Tu te regardes un peu, enfin, t'essaye de te dire que c'est pas toi qui cloche. Non, non, t'es comme d'habitude, avec tes cheveux en une natte et ta jupe bleu assortie. Tu te convaincs presque que c'est la réalité, mais Apple, Apple, tu n'avoues toujours pas qu'il te manque quelque chose ? Ah, quand même. T'as plus trop l'habitude d'être seule, mh ? Alors, dis, tu vas faire quoi ? Aller demander pardon à ceux que tu considère comme ta famille ? Non, pas ton genre. Retourner les voir sans rien dire ? Non plus. Tu ne sais pas, comme d'habitude quand il s'agit de toi. Quelque chose te démange, mais tu restes assise. Et, comme à la recherche de réconfort, tu glisses ta main dans ton sac en bandoulière. Doucement, aussi délicatement que si ce que tu tiens est du verre, tu le places devant tes yeux et tu admires. Tu regardes dans les moindres détails les imperfections de la peau écarlate, malmenée dans ton sac, tu sens sous tes doigts la dure chaire, tu frotte un peu contre un pan de ta jupe ce fruit maintenant brillant. Ah, une red. Rien qu'à la vue, tu sais quel magnifique goût boisé elle aura, et tu as déjà l'irrésistible envie de la croquer, alors oui, tu plantes tes dents dedans en enlève de la matière à la pomme.
Ca va mieux. Un peu. Ton sourire superficiel revient, tu es de nouveau prête à jouer la comédie. Et aussi, à ramener cette foutue tête, histoire de montrer que tu peux te débrouiller seule. Mais t'es encore un peu fragile, Apple.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



▌Messages : 21
▌Jewels : 30626
▌Date de naissance : 17/09/1993
▌Date d'inscription : 26/02/2012
▌Age : 24

MessageSujet: Re: Et puis tant pis ▬ PV;; Shu Kiyosuke   Mar 10 Avr - 13:28

« Aaaah… J’ai la dalle… »

En effet, trois jours durant, la nourriture semblait avoir prit la fuite en fin de compte. Il m’arrivait même a pensé à un « mauvais tour » que le destin avait décidé de me jouer. Ce n’était pas gentil ! L’argent me manquait et les proies ne semblaient pas vouloir se montrer ! Surtout celles qui pourraient simplement m’aider pour un petit moment… Il y avait une tête bien précise que je recherchais, justement, qui ne semblait pas être ni trop puissante, ni trop dangereuse. Parfait pour moi en somme. Mais si au bout de trois jours, on n’arrive pas à trouver cette personne alors qu’on est sur les lieux de sa dernière apparition…

Il y avait de quoi se poser des questions ! Est-ce que mon argent s’était enfuie en seulement quelques heures alors qu’elle semblait loger dans un hôtel ? C’était assez étrange… Bon j’avoue que parler ainsi de quelqu’un ne me faisait pas vraiment plaisir, après tout un être humain n’était pas une simple proie que l’on traque dans le but d’obtenir de l’argent et ainsi se sentir bien pour un moment ! Non, ce n’était réellement pas mon genre, j’en étais convaincu. Mais les guildes ne me plaisaient tout simplement pas… Après tout, il n’y en avait pas une seule pour récupérer l’autre… Le temps de Fairy Tail était réellement terminé…

Mais bon, le moins que l’on puisse dire, c’était que cela faisait vraiment bien les affaires des chasseurs de primes. Il y avait de plus en plus de criminel, c’était donc tout ce qu’il fallait aux chasseurs pour gagner leur vie. Ils aidaient les gens sans pouvoir magique, dans le but de leur faire mener une vie bien plus paisible et sans la crainte continuelle qu’un beau matin, ils se réveillent devant l’un des plus grands criminels. Nous autres, étions un peu comme des héros, bien que nous ne nous entendions pas toujours entre nous. C’était malheureux à dire, mais en général on préférait se la jouer solo.

Une façon comme une autre pour nous d’agir et de nous prouver à nous-mêmes que nous sommes les plus fort tout simplement. Bien que je me doute être loin du niveau des autres personnes exerçants le même métier que moi, je me dis que je ne fuirais jamais face à eux, si jamais nous devions nous battre pour une cible ou autre. Mais en fait, je sais aussi très bien que je ne suis guère du genre à vouloir à tout prix une cible… Sauf dans certain cas extrême comme depuis près de trois jours. Il me fallait absolument la personne que je cherchai pour enfin me nourrir.

Rien ni personne ne se mettra en travers de ma route ! Enfant, femme, vieillard, peut m’importait ! Quoi qu’il puisse arriver, la moindre personne qui se mettrait en travers de ma route aurait automatiquement de grave problème avec mon estomac. Je lui ferais comprendre qu’elle était le risque de s’être mit un renard enragé sur le dos et surtout, un renard affamé ! Peut-être devrais-je mordre à sang les personnes qui oseraient me déranger ? Allez savoir, je ne savais pas encore ce que j’allais leur réserver après tout, j’avais encore du temps devant moi ! Quelques heures tout au plus en fait, c’était la limite que je me donnais en réalité.

Quelques heures avant de craquer et de commencer à essayer de voler de la nourriture, ce qui ne me plaisait pas vraiment, mais il fallait que je continue de vivre, tout simplement pour faire fermer son clapet à ce fichu renard en moi. Une bestiole qui apprendra qui est le boss lorsque je lui ferait faire le beau pour un bol de ramens. Après tout, désormais je suis le maître de ce fichu renard et il n’avait pas son mot à dire. Si je meurs, lui aussi meurt, il se doit donc de m’obéir ! Mais je vous l’avoue, il y a en quelque sorte une limite…

S’il arrive à « dévorer » mon âme, alors là, il ne deviendra plus un simple esprit, mais une véritable créature, capable de dévorer tout sur son passage. Mais aussi capable de tout détruire, tout simplement. C’était pour cela que lorsque ma colère prend le dessus, il s’amusait de son côté à se régaler petit à petit, prendre contrôle de mon corps en somme. Mais bon, tout ça n’est que détail, passons cela. Plus important pour l’instant, je n’avais toujours pas manger et je commençais à sérieusement avoir les crocs ! Je pourrais très bien finir cannibale si cela ne s’arrangeait pas dans très peut de temps !

Finalement, j’arrivai à l’entrée de GreenWood, un endroit bien étrange je trouvai… Mais bon que voulez-vous. Ayant la tête d’un éternel détéré, et surtout d’un affamé, je commençai à me demander si ma proie n’avait pas déjà été capturée et en effet, c’était ce qui était arrivé. Je pouvais reconnaitre la tête de cette victime entre mille, c’était celle que je visais depuis trois jours. J’avais été lamentablement devancé, ce qui était fort malheureux… Je relevai ensuite le regard pour voir qui était la personne que j’allais agresser dans très peut de temps et c’était visiblement une femme… Jeune sans doute, je n’en savais rien et dans un sens je m’en moquais de son âge…

L’envie de l’attraper par le haut de ses vêtements et de la secouer comme un cocotier commençait à me démanger, mais je me devais de me calmer, du moins, je devais essayer, c’était la moindre des choses. C’était ce que je pensais évidemment, peut-être que me présenter serait une bonne chose ? Non, pas dans le cas présent en fait, je me contenterai de lui dire clairement ce qui était actuellement dans mon esprit, et un point c’est tout. Si je devais ensuite la combattre, alors il n’y avait pas de souci, mais vu qu’elle avait déjà eu sa proie, je n’allais pas la lui voler.

« OÏ ! Enflure ! À cause de toi je vais pas pouvoir me remplir l’estomac de ramens encore plus longtemps ! T’es contente de toi ?! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



▌Messages : 14
▌Jewels : 20854
▌Date de naissance : 16/12/1996
▌Date d'inscription : 03/02/2012
▌Age : 20

MessageSujet: Re: Et puis tant pis ▬ PV;; Shu Kiyosuke   Jeu 12 Avr - 16:34


Ton masque.
Tu as toujours hésité à en mettre un vrai. Quelles différences, de toutes manières ? C'est les mêmes pièces, les mêmes mensonges et les mêmes personnages, toujours. Mais non, non, ton faux visage restera ta peau, celle de pierre qui est remplacée ton air jovial. Oui, on dirait un enfant, quand tu t'amuse avec ceux qui te parlent, quand tu te moques d'eux et de leur stupide naïveté, mais ils ne voient rien. Tu t'es souvent félicitée, parce que tu mentais bien, mais Apple, Apple, tu n'en as pas marre de te vanter ? Il n'y a aucun mérite à tromper les autres, tu le sais. Enfin, j'espère pour toi. Tu te prends tellement au jeu que ça fait parfois peur, mais tu n'en as rien faire. Tant que tu t'amuses. Et puis tant pis ? C'est ça, tout le temps. Tant pis, et tu t'enfuis. C'est si simple, à la fin, si facile de disparaître sans un bruit alors que tout est de sa faute. Ah, que tu aimes voir deux personnes se battre alors qu'aucune n'est fautive, que tu aimes les mettre en colère, que tu aimes tout simplement qu'ils se prennent, s'emmêlent dans ton jeu !
Il est temps. Tu te redresse un peu, lève le menton. Dans ton regard, il y a une nouvelle lueur, quelque chose de plus dur, de sûr, sur quoi s'appuyer. Tu te sens mieux, et d'un coup de poignet, tu te débarrasse du trognon de pomme. Tant pis s'il atterrit sur quelqu'un, tant pis si on se plaint ; il faut se préparer. Tu pousses ton sac un peu plus loin, te lèves, époussettes ta jupe couleur océan de tes fines mains, tu joue ta petite poupée de porcelaine : aussi fragile que la matière, aussi indifférente que l'objet mais également aussi appréciée que le jouet. Tes pieds sont maintenant collés, ton dos droit au possible, ta frange cache toujours tes yeux tandis que ton visage change à son tour. Des pommettes plus saillantes, un regard plus pétillant, des lèvres tournées vers le haut, tu deviens quelqu'un d'autre. Non, mieux, tu deviens ton propre personnage, avec tout ce que tu veux comme limites. Tu n'en as que deux : te moquer, t'amuser, et puis, de préférence, rester en vie. Alors ouais, tu souris, un petit air innocent sur ton visage, comme si une auréole inexistante flottait au-dessus de ta tête, mais tu restes ce que tu es. Tu ramasse ton sac, cache expressément la tête s'y trouvant, souffle un peu, regarde une dernière fois le paysage, pour t'en rappeler quand tu t'enfoncera dans le méandre du tunnel menant à la ville. Un dernier soupir, et tu te préparais à prendre ton argent et retourner auprès des tiens, la tête baissée pour qu'ils ne disent rien. Ils parleront quand même. Tant pis.
    « OÏ ! Enflure !»
Manquait plus que ça. Directement, tu as pensé à un autre chasseur ; qui d'autre pourrait faire ce genre de remarque ? Tu espère quand même quelques instants que ce n'est pas à toi qu'on s’adresse, mais tu sais au fond que ça t'étonnerai. Malgré tout, tu prends ton sac sur ton épaule, baisse un peu la tête, et fonce dans la foule. Tu ne veux pas t'arrêter, pas te stopper alors que tu t'es enfin décidée, tu ne veux pas rendre ton petit effort inutile. Ah, Apple, si égoïste. Tu serai sûrement partie, disparaissant dans la foule, si tu avais fait plus attention, mais non, il a fallu que tu ailles en sa direction. Ce n'est pas plus mal, tu es à ton avantage, au milieu de toutes ces personnes. Et puis, c'est lui qui lance les hostilités.
    « À cause de toi je vais pas pouvoir me remplir l’estomac de ramens encore plus longtemps ! T’es contente de toi ?! »
Tu t'arrêtes. Ses pieds, tu les vois à travers tes cheveux, et tu choisis parmi tout tes choix la petite innocente. Facile, peut-être un peu trop connue mais ô combien efficace : le rôle parfait. Frissonnante, ta tête se relève tandis que ta lèvre inférieure tremble ; tu essaye de croiser son regard, dix centimètres plus haut. Tes yeux, devenus deux ronds améthystes, brillent de crainte, et, à l'instant même où tu oses lui faire l'affront de voir son regard azur, tu referme le tien aussitôt. Par réflexe, tu amènes tes mains au bout de ta natte, de ton côté droit, pour jouer nerveusement avec la fleur s'y trouvant. Par la même occasion, tu tournes le visage, de façon à cacher le fait que tu as pris la lanière de ton sac dans ta main. Oh, tu gardes ton air crispé et innocent, mais n'y a-t-il pas un peu de moquerie ? d'arrogance ? de dédain ? Si, bien sûr que si. Tu te prépare déjà, au cas où ; tu es prête à saisir ta rapière au moindre geste brusque, prête à fondre en larmes, à jouer les anges pour que quelqu'un te défende, ou simplement prête à filer à travers la foule. Mais Apple, tu as l'air si ingénue, dans ton ensemble d'enfant modèle et simple, avec ta natte puérile et ton visage si bien mimé. On s'arrête déjà, autour de vous. Mais toi, toi, Apple, tu n'as pas l'intention de donner un spectacle autre qu'à toi-même- alors que la pièce commence, n'est-ce pas ?
    « M-Moi ? » dis-tu, d'une voix tremblante, juvénile et pour le moins convaincante.
Le tout est de savoir qui tombera dans le panneau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Et puis tant pis ▬ PV;; Shu Kiyosuke   

Revenir en haut Aller en bas
 

Et puis tant pis ▬ PV;; Shu Kiyosuke

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» PC peu compétant ...
» Un simple POEME qui dit tant de notre SORT :Le loup et le chien
» Attention faire pipi en étant ivre pour être mortel...
» Tu m'aimes ? Tant mieux. Tu ne m'aimes pas, moi non plus.
» Et puis merde, j'me fais chier moi ! {Free. Profites-en !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail : The Dark Chess :: Entrée de GreenWood-