Bonjour à toutes et à tous, Je vous rappelle qu'il est inutile de me contacter
par MP sur ce forum pour toutes questions en rapport avec celui-ci puisque ce dernier est fermé de façon
définitive. Néanmoins, nous vous invitons à nous rejoindre sur Fairy Tail Rebellion qui est ouvert
depuis 1 an et demi maintenant.

http://www.fairytail-rebellion.com/forum
http://www.fairytail-rebellion.com/forum
http://www.fairytail-rebellion.com/forum


Bonne continuation à tous et merci encore d'avoir partagé cette aventure avec nous.
Ryuu .

Partagez | 
 

Un loup sous chaperon? Mouvements oubliés d'une mémoire éffacée. [Pv: Muzai]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Invité

Invité

MessageSujet: Un loup sous chaperon? Mouvements oubliés d'une mémoire éffacée. [Pv: Muzai]   Lun 16 Jan - 17:05



Des cris, des tâches de sang, quelques corps par-ci par là. Un carnage digne d'un roi. Ils l'avaient poursuivit toute la journée. Elle était traquée, éveillée, comme un félin que l'on chasse pour sa peau. Elle avait tenté toute la journée de leur échapper, mais voilà son instinct c'était réveillé et sa soif aussi par la même occasion. La jeune femme était passée de proie à chasseur, de petit chaperon rouge à grand méchant loup.

- Promenons nous dans les bois, pendant que je loup y est pas...

Un soleil maintenant couchant, des cadavres à ses pieds, la gorge tranchée, oh une tête par ici, une tête par là, un cœur qui se balade, un intestin qui traine, quelques morceaux de chaires fumantes étalés sur le sol et les arbres. Elle n'avait pas perdu ce côté joueur, mais tout de même à cinq sur une pauvre jeune femme ça fait un peu trop ! Quelle honte, elle en était toute choquée.

Finalement tous étaient mort, sauf un, qui ne tarda pas à tomber entre ses griffes de loup ou de panthère...

Doucement elle passait la lame du sabre qu'elle possédait depuis sa « naissance » sur la jugulaire de son adversaire, tranchant avec une lenteur folle cette gorge offerte. Le sang l'éclabousse, pas assez pour tuer sa proie, mais assez pour lui faire mal, très mal...Pauvre victime sur quel prédateur es-tu tombé. Elle se place face à lui, doucement, lentement, un sourire malsain accroché aux lèvres, se baisse pour atteindre son oreille et la lèche d'un long coup de langue gelé. Elle lui souffle, lui murmure un mot doux, au creux de l'oreille, comme un ordre intimé.

- Cours !

Et il se lève, détale comme un lapin. Un petit chaperon rouge ? Pauvre petite chose perdue dans la forêt, tu n'as pas de chance, c'est son domaine de prédilection ici. Elle est reine autant qu'il aurait pu être roi. Elle compte les secondes, simplement, lentement. 1,2,3...Puis elle commence à marcher, semant sur son passage des tâches de sang, coulant le long de sa lame pour s'écraser au sol. Doucement elle fredonne un air d'enfant, un air qu'il lui a appris, après tout elle n'est qu'un nouveau né.

- 1,2,3 nous irons au bois...

Voix enfantine, démarche sautillé. Sa proie, terrifiée, cours dans tous les sens, mais son aura est trop instable pour qu'elle ne puisse pas la sentir a des kilomètres à la ronde, oui elle sent cette peur qui l'émoustille, l'éveil, un tendre appelle au carnage, une libération souveraine. Et elle fredonne un air différent, deviens plus lugubre, plus sombre alors qu'elle s'enfonce au cœur des bois, là où ce cher petit chaperon rouge l'attend, grelottant dans un buisson non loin de la route principale. Une jolie partie de cache-cache avec celui qui fut autrefois le chasseur. Il est terré, telle un lièvre mort de peur, de mars le lièvre ? Non ce serait lui faire déshonneur.
Elle passe sa route et il sort de son terrier, ce joli lapin effrayé. Regarde à droite, à gauche, terrifié et soulagé à la fois d'avoir pus échapper à ce loup aux crocs acérés. Puis il entend une mélodie, un fredonnement. Doucement la demoiselle passe deux bras blanc sur le torse de sa proie et le sert doucement contre elle. Il se raidit et regarde en coin, la bouille enfantine qu'elle lui lance.

Comment résister à un enfant ? Il se radoucie, grossière erreur petit, elle le tire avec elle, douce et tendre. Elle l'emmène vers leur point de départ, là où le carnage premier a eu lieu. Doucement elle sautille, danse presque alors qu'il la regarde sans comprendre la situation, pauvre petite chose, sais-tu seulement que tu vas finir dévorer par ce grand méchant loup. Elle sourit, reviens vers lui et d'un geste simple le fait tomber, s'asseyant sur son ventre, aguicheuse sans le vouloir. Il sourit inconsciemment, imaginant une suite charnelle, oh elle le sera, mais pas dans le sens ou monsieur l'imagine...

Lentement elle pose un doigt sur ses lèvres et descend le long de sa gorge, elle s'arrête à l'entaille, retire son gant...

- Alouette, gentille alouette, alouette, je te plumerais...

Et à ses mots elle lui ouvre la gorge, la peau fond et il hurle sous les mains fines de la demoiselle, elle, elle joue passe ses doigts sur la trachée, sur les veines, tout fond après son passage alors qu'elle sert les organes, doucement, lentement et il agonise, meurt dans d'atroce souffrance.

Lentement elle se saisit d'un couteau et ouvre ses vêtements, apercevant le tatouage d'une guilde qu'elle ne connait pas...Qu'en a-t-elle à faire après tout ? Elle poursuit, sourire aux lèvres, alors, douceur dissimulée, elle ouvre le torse de l'homme, retire la peau en tirant dessus, puis elle s'attaque au muscle, les charcutes, les envois un peu partout, finalement il ne lui manque qu'une petite cuillère.

Après quelques minutes elle arrive aux organes vitaux, mort. Le cœur pour commencer, elle le lui place dans la main après l'avoir plus ou moins soigneusement découpé, l'estomac, le foie, les poumons, sont recouvert de terre et finalement l'intestin est déplié et mis en cercle autour de lui. Elle se relève, lentement et regarde son œuvre avant de sauter dessus a pied joint, comme sur un trampoline. Pauvre homme, qu'aura-t-il vu avant la triste mort qu'il vient de subir ? Une femme, délicieuse à la vu, d'après certain, une longue chevelure brune, une peau d'albâtre, des yeux rouges en fente, tel un reptile, des ongles noirs de jais bien que parfaitement manucurés et ce tatouage, sur sa hanche, un pentacle comme incrusté aussi dessus d'un tatouage à trois quarts effacé, un tribal semblerait-il.

Elle se calme, rassasiée et elle regarde autour d'elle, émerveillée par le carnage qu'elle-même a causé, elle recommence à fredonner, cette douce diablotine et regarde ses mains ensanglantées, d'un geste simplement elle les lèche, se régale et finalement regarde le ciel couchant avant de reprendre sa contemplation de la scène de carnage qu'elle a causé.

Les bonnes habitudes ne changent pas apparemment, mais son cœur est vide, quelques personnes manquent à l'appel. Quelle est cette voix qui la félicite pour le carnage qu'elle vient de faire ? Concentré sur ses pensées, sur cette divine scène elle ne ressent plus rien et finalement ne fait plus attention...

Un bruit, un craquement ? Des pas ? Elle sort de ses pensées, lentement, surement. D’un geste de la tête la belle diablotine scrute les environs, les sourcils froncés. Il y a quelqu'un, une présence qu’elle pense connaitre…

- P…Père ?

Le silence de la forêt n’est pas ici pour la rassurer, pourquoi n’y a-t-il personne pour l’accompagné, pourquoi est- elle si seul ? Elle frissonne, la solitude Igakuu n’aime pas ça et la miss le sait. Puis un nouveau bruit et elle se tourne…Ce n’est pas son père ça ne peut pas être lui non, il ne lui ferait jamais ce genre de coup.

La demoiselle souffle, elle respire doucement, puis elle applique ce qu’un fantôme lui a toujours dit, montre toi toujours sur de toi. Son regard perdu, sa mine effrayée, tout finit par laisser plus à une expression sur d’elle. Le regarde prend une teinte amusé, ses lèvres affiche un large sourire, avec doucement elle commence à fredonner une contine aussi flippante d’enfantine, doucement elle sautille sur les organes, les flaques de sang et finalement se poste dans une direction, purement, simplement.

London Bridge is falling down,
Falling down, falling down,
London Bridge is falling down,
My Fair Lady…


Puis elle sourit, pause son doigt sur sa joue la coude dans une main. Doucement elle attend, il est là elle en est sur, certaine, autant en avoir le cœur net tout de suite, peut être est-ce un oiseau ? Une petite bête, un beau chaton ? Son sourire devient joueur, amusé.

-Allez mon chaton si tu sortais de ta cachette ? Veux-tu me tuer toi aussi ? Est-ce t’es homme qui sublime cette forêt ? Aurais-tu peur ? London Bridge is falling down, falling down, falling down. Allez chaton viens donc admirer tout ça de plus prêt. j'espère que le spectacle t'a plus. London Bridge is falling down. My fair Lady.


Revenir en haut Aller en bas
 

Un loup sous chaperon? Mouvements oubliés d'une mémoire éffacée. [Pv: Muzai]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Commande de dessin de loup sous lineart de Tsuky ou Signa personalisée =D 0/2
» Lupin - « Le loup perd les dents, mais non pas la mémoire. »
» Opéra : sous Louis XIV aussi, mais on l'avait oublié
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» La diaspora veut retourner en Haïti sous condition

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail : The Dark Chess :: La foret des morts-