Bonjour à toutes et à tous, Je vous rappelle qu'il est inutile de me contacter
par MP sur ce forum pour toutes questions en rapport avec celui-ci puisque ce dernier est fermé de façon
définitive. Néanmoins, nous vous invitons à nous rejoindre sur Fairy Tail Rebellion qui est ouvert
depuis 1 an et demi maintenant.

http://www.fairytail-rebellion.com/forum
http://www.fairytail-rebellion.com/forum
http://www.fairytail-rebellion.com/forum


Bonne continuation à tous et merci encore d'avoir partagé cette aventure avec nous.
Ryuu .

Partagez | 
 

Le retour d'un prince égaré.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Invité

Invité

MessageSujet: Le retour d'un prince égaré.   Lun 9 Jan - 17:27



Igakuu D'igaciel
« Tout ce qui est l'est à travers le sang »


Je suis un mage !

○ Prénom : Ikgakuu
○ Nom : D'Igaciel
○ Âge : 22 ans
○ Sexe : Féminin
○ Taille : 1m70
○ Poids : 57 Kilos
○ Orientation Sexuelle : Bien qu'elle fut bisexuelle avant maintenant elle se pense Hétérosexuelle.
○ Groupe sanguin : B-
○ Guilde/groupe : Black Panther sonne comme un appel, un glas, une part d'elle même qu'elle ne peut malheureusement pas renier.
Magies & Armes

○ Armes : Des lames (3), qu'elle manie avec aisance, ceci elle ne l'a pas oublié, elle s'est cependant réveillé avec un sabre entre les mains, un beau matin, comment est-il arrivé là? Mystère.

○ Magie :
Citation :
Fusion/Solidification ou plutôt une magie de défragmentation. Ma magie agit sur les éléments environnants, je peux les liquéfier ou les solidifier. Prenons le principe de la Lave en fusion, le côté fusion révèle la liquidité de la matière et solidifié son état de roche. Ainsi ce que je touche passe d'état liquide à solide et visse versa. Pour l'instant je ne peux pas agir sur des masses trop importantes (Par exemple un être humain touché par ma magie aura plus souvent une brulure au niveau de la plaie, mais attention plus la peau est fine plus c'est dangereux. C'est une magie à l'instar de mon génie.
C'était donc pour cela. Avec lenteur elle regarde ses mains, Finalement elle comprend, elle comprend pourquoi des quelle touche quelque chose sans vraiment faire attention elle le liquéfie ou le solidifie. Doit-elle avoir peur de cette magie qu'elle ne connait pas ? Pourtant, quelle est cette voix inconnue qui lui intime de la rejoindre, de venir la voir sans autre forme de procès, de passer le pas et finalement d'embrasser cet être détesté aux lèvres de cendre.

Le personnages
○ Les passions : Elle se âssionne pour les histoire, bien qu'un fort penchant pour le sang et l'art de torturer un corps gelé, l'a passionne tout autant, vous verriez son regard étincelant lorsqu’elle scarifie une victime encore tiède...Elle a la fibre artistique...
○ Les Phobies : La solitude, ça aussi ça n'a pas changé, il n'aimait pas le sentiment de solitude, elle non plus ne veut pas être rejetée...

○ Les Qualités : Souriante, Courageuse, Curieuse, Compréhensive, voila les qualité de la demoiselle, à ne pas oublié qu'elle a très bon jeux d'acteur, les bonne habitude ne se perde pas apparemment.
○ Les défauts : un default? Peut-être le fait qu'elle soit un loup sous couverture? Avez vous vu son visage d'ange, un véritable petit chaperon rouge...

○ Qui est le personnage sur ton avatar : Creation d'Eiri
○ Veux-tu un rang sous ton avatar :Prince égaré
Code:
<font color="#8C2A2A"><b>Prince</b> <i>égaré</i></color>
Petites infos en plus
○ Prénom : Sukô
○ Ton age : 19 ans

○ Où as-tu découvert FTAS :Mumuzzzz
○ Qu'est-ce qui t'a attiré dessus :on m'a supplié?
○ Veux-tu avoir accès à la zone Hentai/Yaoi/Yuri : oui
○ Code de validation :je soussigné Igakuu d'Igaciel avoir lu et approuver la charte de Fairy Tail : The Dark Chess


L'histoire

Un rêve? Un songe? Un flou souvenir...

Douce curieuse elle entre dans une pièce, cherche tout autour d'elle dans cette maison qu'elle ne connait pas. Qui l'a emmené ici ? Qui l'a retrouvé ? Qui est son sauveur. Elle ne le sait pas, elle ne s'en souvient pas, ne s'en rappel pas et pourtant, des flashs lui reviennent, un homme qu'elle estime, qu'elle aimait beaucoup, amour ? Fratrie ? Elle ne sait plus, elle a oublié, mais l'affection qu'elle lui portait était autre qu'une simple copinerie.

Qui est-elle vraiment ? Comment pourrait-elle le savoir finalement ? Elle ne se connait pas, un nom, un prénom, un corps, un flash et pourtant la diablotine ce bat avec elle-même, avec cette essence noire qui coule dans ses veines. Comment en est-elle arrivé là ? Mystère, elle ne le sait pas. Un bruit, un murmure. Elle se tourne lentement, apeuré, son visage exprime la peur finalement. Un livre est là, sur le lit de drap blanc. Il est doré et rouge sang, sanglé comme un appel à l'ouverture. Elle l'ouvre doucement, regarde à gauche, à droite et ce plonge dans le récit d'une vie, qu'elle ignore être la sienne...
Citation :
Mon histoire ? Et en quoi peut-elle vous intéresser mon histoire ? Elle est Banale...Non me fait pas ses yeux là ! Non ça devrait être interdit ça ! Bon vous avez gagnés je vais vous raconter l'histoire de ma vie et comment j'en suis arrivé là aujourd'hui ! De toute manière après vous allez mourir donc bon je peux bien vous faire cette dernière faveur, je ne suis pas un monstre comme le prétend Waya.

Tout a commencé quand j'avais six ans. Je ne pourrais pas vous raconter mon histoire avant cette période, car... Je ne m'en souviens pas, aucun souvenir, je n'ai même pas le visage de mes parents en tête. Oui est-ce que ma mère est bien ma mère ? Suis-je sorti de ses entrailles ou de celles d'une autre femme ? Mon père, inconnu au Bataillon. D'après la femme qui m'a élevée, il est parti le jour de ma naissance, reniant se fils qui n'aurait jamais dû naitre. Qu'est-ce que j'avais fait ? Mystère, aujourd'hui encore je cherche la réponse à cette question.

Mais je m'égare revenons donc à mon histoire, les plus proches souvenirs, datent de mes six ans. Je sais que je suis de Mulfass cette contrée gelée où il fait tout le temps froid et où on voit rien à cause du brouillard opaque qui y règne! Pays hostile, régi par l'armé, mais bon on ne choisit pas son lieu de résidence, n'y de naissance d'ailleurs. BREF j'ai grandi aux côtés de cette femme qui se disait être ma mère, pourtant ne devrait-on pas aimer et être aimé de sa mère ? À vrais dire je ne ressens pas grand-chose, un ennui constant peut être...

Puis les années d'ennuis se sont muées en solitude, en peur. Prostré dans un coin de ma chambre à l'idée d'être seul, j'attendais que cette femme rentre, ma mère...Si on peut appeler cela une mère, elle sait que je fais semblant, que je joue avec ses nerfs sans le vouloir et pourtant, elle reste là, froide, distante, mais elle est là à mes côtés, comme si j'étais un ange tombé du ciel. Pourtant, je sais que quand on se sépare le matin elle est soulagée de ne plus avoir à jouer ce rôle aussi faux que le mien. Un faux sourire, un au revoir et la journée commence, la pièce de théâtre continue pour moi.

Je mets un masque italien et entre dans l'établissement, salut tout le monde avec chaleur, sourire aguicheur, charmeur, allumeur et les voilà qui tombent. Trop facilement même, sauf lui, Ce mec il m'amuse. Waya Tokito, l'incarnation du narcissisme, il m'énerve avec ses grands airs, ses « m'as tu vu ». Amitié ? Pseudo-Rivalité ? Un amour vache ? Ça peut paraitre bizarre, mais c'est la première personne à avoir su trompé mon ennui, peut être même à avoir éveillé ce sentiment jubilatoire en présence d'hémoglobine qui me tient aux tripes. J'aime l'embêter, le faire tourner en bourrique, le voir au bord de la crise cardiaque.

Mais il est parti pour l'armé et ma dernière année en fut plus que monotone. Ma mère s'éloignait de plus en plus de moi voyant que je commençais à ne plus faire semblant, ce jeu entre elle et moi ne m'amusait plus. Mes fausses émotions, s'effaçaient au fur et à mesure, pour ne laisser que le sale gosse que je suis aujourd'hui : égoïste, seul moi compte, mon amusement, ma jubilation et la violence qui me rend vivant. J'étais un prince dans l'établissement, le plus beau, le plus puissant, si Waya était fourbe, j'étais violent et allumeur, mon seul plaisir comptait et celui des autres ? Je n'en avais que faire, ils n'ont pas à en prendre. Les professeurs eux-même ne me cernait plus, emprisonné dans cette cage où je les avais enfermé. Oh je ne leur faisais rien, mais ils avaient peur des rumeurs circulant sur mon compte, moi le meilleur élève de l'établissement, si souriant, j'étais fou ?

A l'âge requis, j'entrais au service de mon pays, simple soldat, larbin de bas étage, faux toujours aussi faux. Craint et laissé seul pour mes réactions violentes je n'avais aucun véritable ami, juste des profiteurs par-ci, des lèches-bottes par là, mais finalement j'étais seul avec moi-même, avec cette part d'ombre que j'embrassais un peu plus chaque les jours, elle me dévorerait à un moment donné, j'en étais certain. Finalement je me radoucissais, La solitude me rongeait beaucoup trop. Rien ne valait les fourberies à la réalité, je feignais donc chacune de mes émotions, chacun de mes sourires, de mes rires n'était qu'illusion. À quoi bon être vrai quand il nous mange tous dans la main pour quelques faux sourires ?

Quelques années plus tard je me découvrais apte à la magie. Ultimatum lancé par mes supérieurs, si je voulais pourvoir monter en grade il fallait que je développe se pouvoir. Congé d'une année pour découvrir ma spécialité, je cherchais et recherchais au fin fond de ma mémoire, ma mère n'était pas mage...Alors, serais-ce mon père ? Peut être étais-ce pour cela qu'il ne voulait pas de ma naissance. Avait-il honte de sa magie ? Pourtant, cela me paraissait merveilleux, un rêve.

Je cherchais et cherchais de plus en plus, cela me rongeais, j'en devenais fou. Mais un évènement m'a ramené sur terre. La mort de ma mère, assassinée par un homme se disant justicier. Pour lui elle couvait un démon, une chose dangereuse. Cet homme, m'a choqué non pas par ses paroles mais, par ses traits. Il y avait une ressemblance frappante entre : lui et moi. Tellement frappante qu'au moment de me porter le coup qui aurait du m'opter la vie il arrêta son geste. Incapable de continuer alors qu'il était si proche du but. Il regrettait son ambition, ses décisions et moi j'étais faux.

Il avait tué ma mère j'aurais dû le tuer à son tour, mais la solitude me faisait peur, j'optais donc pour la solution la plus approprié : faire semblant avec lui. Ainsi il me mangerait dans la main, m'apprendrait surement la magie, il avait la tête de l'emploie et ce n'est pas avec une arme qu'il a tué ma mère ! Je ne suis pas dupe il ne peut le nier.


Je souriais, rigolais, pleurais, quand il le fallait, parfait jeu d'acteur. Et lui comme pour ce faire pardonner de ses années d'absence, de son meurtre camouflé en suicide. Il m'apprit tout absolument tout, les base de sa magie, maintenant mienne. Belle, meurtrière, à l'instar de mon caractère, je ne vous cache pas qu'elle ne ressemble plus en rien à celle de feu mon père. Suite aux bases, vint des heures d'entraînements draconiens. J'en ai bavé, mais mon corps c'est forgé, il passait de chétif, petit...Comment me caractérisait mon psy' déjà à oui Psychopathe ! Fou ! Monstre ! À celui d'un dieu, finement musclé, entrainé par de longues heures passées dans le froid, le brouillard et la neige. Entre temps je trouvais mon arme de prédilection : les petits couteaux, ravageurs, simples, à la hauteur de mon art, de ma suprématie.

La veille de ma nouvelle entrée dans l'armé je posais ma démission, ce côté noir que j'avais en moi avait pris le dessus et mon être laissait enfin tomber ce masque d'émotion que j'avais trop longtemps gardé. Une nuit de grands froids, feignant de dormir, j'attendais que mon père sombre entre les bras de Morphée. D'un pas léger, silencieux je m'approchais de son lit, fourbe et plus vraiment moi-même, un regard froid, vide, dénuer de tout émotion, il avait été mon père, mon créateur, mon géniteur et moi, a l'aide d'un couteau et de ma magie je lui brulais la gorge, toucher l'artère qui y logeait et faisait pleuvoir le sang sous ses cris d'agonie, si jouissif, délectable, passionnant. Pourquoi assassiner mon père ? Par vengeance ? Il m'avait abandonné, laisser avec une femme qui n'éprouvais pas plus d'amour pour moi que je n'en éprouvais pour elle, mais elle avait été mon meilleur joué, voir la peur s'inscrire sur son visage à chaque fois que je prenais un objet plus ou moins dangereux. Par plaisir, depuis trop longtemps je rêvais de le voir saigné, il était magnifique, divin.

Je le laissais pourrir sur son lit, un lys blanc sur la poitrine, je ne suis pas un monstre enfin, Lys blanc, plus vraiment blanc maintenant, mais le vieux ne m'en voudra pas, il est mort, par contre l'armé, je dis pas...Apparemment mon père était un de leur mage... Ce qui expliquerait la tête de la demoiselle quand je lui ai dit mon nom, le jour de mon arrivée. Bref, je faisais mon sac et filait à l'anglaise vers l'inconnu qui avait si longtemps trouvé intérêt à mes yeux. Là encore le théâtre de masque Italien reprenait une fois de plus et mon jeu d'acteur les bluffait tous, comment passé pour un gentil garçon ? C'est mon secret petit curieux.

Avec ça j'entrais facilement dans une guilde blanche, faisait mon travail, économisait. J'exécutais mes missions avec plus ou moins de violence, me valant une réputation peu recommandable, mais qu'importe seul mon plaisir comptait, il devrait être content pourtant, mes missions sont toutes réussies ! Bon sauf les quelques-unes où j'ai fait des bavures, mais celle-ci généralement je les passe sous silence.

Ombre au tableau ? Le fait que la guilde ne me corresponde plus, je suis trop...Noir pour eux, la justice m'insupporte, leurs leçons de morales aussi, ils sont trop blanc, trop pure, pas assez dangereux et pas assez sombre.

Vous l'aurez compris pour la seconde fois de ma vie je démissionnais et errais encore une fois en solitaire. Je faisais du bruit, remplissais des missions peu catholique, mais j'aimais ça. Jusqu'au jour ou... Je suis tombé sur plus fort que moi. La mission avait été de voler une autre mission au Black Panthers, malheureusement, bah comme un bleu, je me suis fait choper...Prêt à être torturé, tué et réduit à l'état de purée. Mais... Il en fut autrement, apparemment ils avaient eu vent de ma réputation, car on me proposait d'entrée dans la guilde, je n'y croyais pas trop jusqu'au moment où on m'apposa le majestueux tatouage de la guilde...Où ? Bande de petit curieux ! Sur la hanche gauche voyons, zone érotique à faire pâlir les demoiselles.

J'entrais donc dans cette guilde réputée pour ses membres, dangereux et puissant, me reconnaissait-on comme tel ? Et qui croisais-je du regard ? Ce bon vieux Waya, Séduisant, à faire tomer raide quiconque, summum de mon bonheur, j'avais de nouveaux mon défouloir attitré, j'allais pouvoir le faire tourner en bourrique à ma guise. Il allait tromper mon ennui c'est sur !


Le pire, c'est qu'on m'a collé avec lui pour ma formation, je retiens le chef pour ça. Pauvre petit narcissique. Il en a vu de toutes les couleurs, à tel point que le pauvre a commencé à fumer. LE COPIEUR, sur ce coup-là il n'est pas le premier, les cigarettes ça fait quelques années déjà que j'y suis accroché et franchement, je n'ai pas envie d'arrêter !

Advienne que pourra, je suis maintenant âgé de vingt-deux ans, je suis beau, dangereux, psychopathe. Je suis un prince capricieux, car quand le prince demande, le prince obtient. Feignant je fais les missions quand elles me plaisent, sauf ordre du grand manitou et encore faut qu'il ordonne. Avec Waya ? Oh on a souvent pour projet de refaire la décoration de la guilde, ça manque de rouge !
Elle en reste choquée, presque gelé, cet homme décrit dans ce livre, il lui dit quelques choses, lui rappel la nature qu'est la sienne...Doucement elle pose le livre et s'allonge. Qui est-elle vraiment ? Qui peut-elle bien être ?

Elle s'allonge sur la couche confortable et attend, perdu dans les méandres de ses pensées, simples, éphémères. Elle s'endort, doucement, lentement, surement et elle se met à rêver. Elle se revoit perdu dans la forêt oubliée, comment était-elle arrivée là ? Elle ne savait pas, elle l'ignorait, ou plutôt l'avait oublié. Aucuns souvenirs, aucunes pensées, seul un visage hantait sa tête vide, une silhouette masculine sur laquelle elle ne pouvait pas mettre de nom, trop flou.

Dans son sommeil elle continue d'entrevoir les souvenirs de sa vie actuel, depuis combien de temps au juste est-elle seule, perdue, ancrée dans une solitude qu'elle ne supporte plus. Un mois, deux mois, trois mois peut-être. Oui c'est cela, trois longs mois, trois mois où elle tentait de se faire des amies, allant de village en village, transporter par un homme qui l’avait recueillit. Fuyait-il ? Tout le monde l'aimait bien apparemment, jusqu'à ses moments de folies. Ses moments douloureux ou sa soif de mort et son instinct prenait le dessus sur l'amnésique qu'elle est. Ses instants de pures joies où elle se sentait vivre par la mort des autres le sang entachant ses mains dans une jubilation certaine.

Ainsi elle était pourchassée pour meurtre divers et variés. Les rumeurs allaient bon train, que pouvait-on dire sur elle ? « Un démon attention », « Evité la jeune femme à l'air perdu » Mais qu'est-ce qu'un démon ? Elle ne se pensait pas démon et pourtant, ses ongles noires, ses yeux rouges sang d'une pupille en fente, presque reptilienne, ce pentacle posé dans son cou et cette soif ? Cette souffrance qu'elle éprouve tout le temps, n'était-ce pas là les signes d'un démon ? D'un nouveau né ? Comment cela était arrivé, elle, elle qui ne connait même pas son passé, souffrait le martyre d'une soif qu'elle ne pouvait abreuver, d'un pouvoir qu'elle ne pouvait contrôler. Pourtant il était là a ses coté, cet inconnue qu’elle ne peut que remercier…

Et les semaines passaient, errance involontaire, elle se laissait aller, presque mourir, à quoi bon vivre si personne ne la connait ? À quoi bon vivre si personne ne veut de sa compagnie ? Toutes personnes avec qui elle a voulu ce lié sont mortes... Tué de sa main, un geste fou, résultat de sa souffrance...

L’homme ? Il a disparu, voilà deux longue semaines qu’elle ne l’a pas vu… Peut être à t-il eu peur…Peut de cette diablotine aussi innocente qu’un chaperon rouge, peur de cette demoiselle a l’ombre de loup

Puis elle arrête de rêver à ses souvenirs flous et sombres dans l'abysse d'un sommeil sans souvenir.

Et ci quelqu’un tirait les ficelles ?

Elle dort paisiblement et quelqu'un entre, on ne sait pas qui sait, elle-même ne le connait pas, elle ne l'a jamais vu et pourtant, lui connait tout d'elle... Son enfance, son adolescence, son entrée à Black Panther, comme elle l'a lu dans le livre qu'il a posé avec discrétion sur ce lit.

Il s'assoit doucement sur une chaise et regarde la jeune femme ensommeillé puis il pense, ressasse son passé afin de remémorer les souvenirs perdus de la demoiselle, ou plutôt du jeune homme qu'elle était autrefois.

Oui son entrée à Black Panther, ça il ne l’a pas marqué dans ce livre qu’elle garde contre son cœur. Doucement il repense à ce moment, le moment ou l’ancien chef l’a attrapé, l’attendait-il ? Peut être. A vrais dire, personne n’a jamais vraiment su pourquoi le vieux avait obligé Kakuu à rejoindre BP, on sait juste qu’il en a fait une arme, une arme de destruction. Mais il est mort et le chef actuel à changé la donne, il le considérait comme un frère, l’avait prit comme second, il l’envoyait aussi souvent en mission, tantôt en tant que représentant, tantôt pour lui faire faire le sale boulot. Bref il n’y avait rien de bien monstrueux dans sa vie, un gout prononcé pour le sang peut être ou encore la peinture cent pourcent écologique. Bref.

Il y a une autre chose à savoir sur ce soit disant Kakuu, il n’était pas un mage comme les autres. Atteint de psychopathie pour commencer, il portait en lui une magie perdue…Il a longtemps lutté contre cette magie, ne quasiment jamais accepté et pourtant cette personne qui reviens si souvent dans les souvenir de la diablotine est la même qui a su aider le petit psychopathe. Peut être voulez vous savoir comment c’est arrivé ? Il fait un non de la tête signe que ce n’est pas à lui de la raconter.

Puis finalement viens ce jour, le jour tout à basculé, le jour où tout à changer…La mort d’un homme, la naissance d’une créature féminine, humaine dans l’apparence agréable qu’elle projette.

Tout a commencé un jour simple, un besoin d'argent, une mission. Un blondinet se prenant pour un prince, simple, souriant attrape une mission et part pour la remplir. Il arrive et la mission débute, mais il n'est pas seul, deux autres camarade sont là, son boss et son amant. Autant dire une fine équipe, mais les choses se compliquent vîtes, la mission prend une tournure de film d'horreur et alors qu'il tentait de sauver son amant ils finissent par périr tous les deux...Sans autre forme de procès.

Son corps disparait, comme celui de son bien-aimé et le dernier visage qu'il voit est celui de son maître de guilde, son petit frère, devait-il le laisser seul ? L'abandonné ? Eux étaient les derniers remparts de l'ancien Black Panther, un vieux souvenir qu'il faut effacer, il avait pourtant tenté de les faire changer. Mais on est ce que l'on est l'ancien maître de guilde les avait formaté en machine à tuer et leur nature de destructeur ne pourra jamais être changé.

Le blondinet se sentait enfin serein, tranquille et pourtant, il était loin de la fin, très loin. Il s'éveilla dans une dimension néfaste ou la pression démoniaque était insupportable. Il ne pouvait lutter contre elle, mais il ne pouvait pas non plus la laisser le dévorer, simple esprit de contradiction ou désire de vivre ? Qui sait, pourtant il ne pu lui résister et ce laissa aller à ces élans démoniaques. Puis c'est ainsi le trou noir, en échange d'une nouvelle vie il prenait une nouvelle forme et sa mémoire était effacée, pourtant les choses restent et son esprit n'a pas disparu, il reste le même, sous des traits plus fins plus féminin, oui le corps d'une femme et pourtant ce même air hautain, cette assurance aveugle et cette instabilité, souffrance d'une aura démoniaque qu'il ne peut réprimer et finalement cette vielle amie qu'il avait oublié, elle semble particulièrement enthousiaste quant à la suite...





Description Mental


Il l'a regarde longuement dans son sommeil, la décrit. Tourmentée serait les bons mots pour décrire cette demoiselle. Au premier abord, elle est parfaitement normale, elle ne présente aucun trait, douce, tendre, gentille, peut être un peu timide et craintive, qu'en pensez vous ? On l'imagine douce poupée, fragile demoiselle au teint d'albâtre. On a envie de la câliner, la cajoler, la rassurer, l'aimer... Peut-être la gâter non ? Faire de cette diablotine une adorable princesse, une fillette choyée par un père aimant, un créateur si l'on peut dire...Ou simplement un assassin ?

Il tire une latte de fumer, cigarette aux lèvres, sourire narquois, qui est-il ? Pourquoi est-il là, à la contempler dans les bras de Morphée ? Vous l'imaginiez princesse ? Mais il n'en est rien, avant, il était chieur, dragueur, un fichu caractère, au-dessus de tout le monde. Il était un prince incompris, un être sans sentiments, sans émotions. Il ne ressentait rien, juste, une envie de tuer, de pervertir ce qui était trop blanc, trop pure, trop...nauséeux. Pourtant, n'a-t-on pas envie de ressentir quand on ne ressent pas ?

Finalement il se gratte le menton, les yeux au ciel avant de couvrir sa protéger d'une douce couverture et ouvre un livre... Vous l'avez imaginé, vous savez qui il était avant, maintenant il est temps d'apprendre qui elle est vraiment. Oui qui est ce petit chaperon rouge ? Cache-t-il un loup sous son habit écarlate ? Qu'elle a un beau sourire la demoiselle, c'est pour vous émerveiller du spectacle ensanglanté qu'elle vous offre. Qu'elle a de jolie yeux la demoiselle, c'est pour mieux vous effrayez mes enfants.

Il tourne les pages du récit et sourit, amusée de cette situation où la demoiselle n'est autre qu'un loup avec un chaperon. Elle aime le sang, l'odeur de mort fraiche et simple, mais attention jamais d'innocent, toujours des pêcheurs. Justicière ? Cette mage corrompu jusqu'à l'os ? Ne rêvait pas, elle agit pour son propre plaisir. Mademoiselle aime l'art, rouge sombre, sur des murs non prévu à cet effet, étalée, propulser, qui sait ? Mais la miss à aussi ses propres peurs, cette demoiselle hautaine n'est-elle pas perdu ? Sans repère ? Sans Souvenir ? Elle ne se connait pas et pourtant beaucoup la connaisse, où la connaissait...Aime ou déteste-t-elle quelqu'un ou quelque chose ? Elle ne sait pas, sa tête est comme une page blanche.

Il ferme le livre et le pose à côté de celui qu'elle chérie comme un trésor. Lui il sait, la seule différence flagrante qu'il y a entre elle et lui. Les émotions...



Description Physique

Elle passe devant un miroir, surprise de son propre reflet, pourtant elle se rappelle avoir toujours été une femme...Du moins c'est ce qu'elle croit, avant: il était blond, grand, fin, rieur et sans expression sur le visage, simplement un masque d'émotion, un panel de couleurs toutes diverses et douces. Comment est-elle, elle. Elle se regarde, penche la tête. Elle est fine, tout de même musclé, un joli mettre soixante-quinze. Des jambes fines, des hanches visibles, alliant une chute de rein légèrement cambrée et une poitrine aux formes quelques peu opulentes.

La blondeur de la chevelure du jeune homme qu'elle avait pu être autrefois avait laissé place à des cheveux long, brun, bizarre non ? Passer du blond au brun comme ça d'un coup, avait elle choisit ? L'avait-elle seulement voulu ? Elle n'en a pas le moindre souvenir, Igakuu s'est réveillée comme ça, brune avec un sentiment de vide intérieur quelque chose lui manquait, comme un appel, une chose importante qu'elle aurait oublié.

Elle sourit au miroir celui-ci le lui renvoi comme le pauvre miroir qu'il est. Ses yeux dorés n'ont pas changé, eux, en voilà une bonne nouvelle, il les avait rieur, sur de lui, ses yeux, seul point de son visage transmettant ses émotions, ses sentiments. Chez elle son regard est perdu, vide et s'il manquait quelqu'un à l'appel, quelque chose pour faire que son regard soit plus vivant ? Illuminer le visage fin qu'elle aborde, froncer ce petit nez et finalement ajouter un sourire sur ses lèvres rosées. Oui un joli sourire, une joie de vivre pour commencer cette vie qu'elle n'avait jamais demandée, un sourire pour compenser ses souffrances, cette aura presque étouffante, cette envie de tuer toujours présente et finalement cette impression de ne pas être humaine.

Elle souffle, ses vêtements la mette en valeur et ça la fait rougir, souvent noir, ou sombre. Des jupes, des robes, des pantalons, des débardeurs. Jamais rien de bien couvert, comme le blondinet avant elle, elle n'aime pas forcément être couverte.

Elle se tourne avec curiosité, sur sa peau on peut apercevoir un immense stigmate, séquelle de sa mort et de sa renaissance, son dos, une partie de ses fesses et l'arrière de sa cuisse droite en sont recouverts, qui le lui a fait ? Personne ne sait, elle ne s'en souvient pas...




Dernière édition par Igakuu d'Igaciel le Dim 15 Jan - 22:27, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas

Nudiste du forumMage de rang C
avatar

Nudiste du forum
Mage de rang C


▌Messages : 145
▌Jewels : 73605
▌Date de naissance : 08/07/1991
▌Date d'inscription : 16/12/2011
▌Age : 27

MessageSujet: Re: Le retour d'un prince égaré.   Mar 10 Jan - 18:29

Bienvenue à toi charmante inconnue. Voici un ravissant avatar accompagné d'une magie intéressante.
Tiens moi au courant de ta fiche et surtout n'hésite pas si tu as une question.

Néanmoins méfie toi, tu ne peux pas disposer d'autant de dague que tu le désires.



Je ne suis faite que de rêves
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Administrateur démoniaque♣ Mage de rang A ♣
avatar

Administrateur démoniaque
♣ Mage de rang A ♣

▌Messages : 248
▌Jewels : 56588
▌Date de naissance : 01/12/1990
▌Date d'inscription : 16/12/2011
▌Age : 27

MessageSujet: Re: Le retour d'un prince égaré.   Dim 15 Jan - 22:51

Orthographe : 1,5/ 2
Vocabulaire : 2/ 2
Conjugaison : 2/2
Qualité :1,5 / 2
Originalité :1,5 /2
Respect de la langue française : 2/2
Note perso : 1,5/2
Bonus longueur du texte :6 / 6

Ce qui nous donne un niveau 19, 110 pts de caractéritique et 22 pts techniques

Tu aurais pu faire mieux te connaissant, mais sinon je n'ai rien à redire. Je te valides, n'oublie pas d'aller signaler ta magie, ton avatar et d'aller faire ta fiche technique Wink

Ah et comme on avait dit, 4 dagues et non 6 x)




~ Co Fondateur ~ Maître du Jeu ~ Grand Manitou des fiches techniques ~ Roi des PNJs et de la modestie ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Le retour d'un prince égaré.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le retour d'un prince égaré.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le retour d'un pochtron égaré.
» Retour aux bercailles [Qui veut]
» L'homme est de retour ...
» Jean-Bertrand Aristide : Un comité pour son anniversaire et son retour
» retour de la droite dure en Suisse

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail : The Dark Chess :: Archives des Présentations-